Actualités

“ IL CONVIENT DE SE PROJETER DANS LE MONDE D'APRÈS ” : ENTRETIEN AVEC JULIEN POURQUIÉ KESSAS, CO-PRÉSIDENT D'AVOCATS SANS FRONTIÈRES FRANCE

Illustration : “ IL CONVIENT DE SE PROJETER DANS LE MONDE D'APRÈS ” : ENTRETIEN AVEC JULIEN POURQUIÉ KESSAS, CO-PRÉSIDENT D'AVOCATS SANS FRONTIÈRES FRANCE

 

Co-Président d’Avocats Sans Frontières France depuis septembre 2017, Julien Pourquié Kessas vient d’être réélu pour un second mandat à la tête de notre organisation. À l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'homme, il s'exprime sur l'impact de la crise sanitaire sur les droits de l'homme et ses défenseurs, ainsi que sur les libertés fondamentales. Entretien.

 

« Cette année que nous venons de passer a été marquée par la crise sanitaire et le contexte Covid-19. Ce que Avocat Sans Frontières France a pu constater au travers de la conduite et de l'exécution de ses programmes et de ses projets, constat partagé par l'ensemble des observateurs internationaux que ce soit le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme comme des ONG avec lesquelles nous collaborons parfois sur le terrain, c’est cet impact absolument fondamental de la crise sanitaire que nous traversons sur les droits de l'homme, sur les défenseurs des droits de l'homme et sur tous nos champs d'intervention traditionnels.

Plusieurs axes à ce constat et plusieurs incarnations, concrétisations de ce constat. Évidemment cette crise a des impacts colossaux sur les conditions de détention, de rétention, d'accès au droit, d'accès à la santé, et c'est pourquoi Avocat Sans Frontières France, intervenant sur ces problématiques-là, a dû s'adapter dans son organisation interne mais aussi dans les modalités et les outils de mise en œuvre de ces programmes. 

Au premier rang des constats, tout le monde est unanime à dire qu’il y a une très forte conséquence sur la situation des violences faites aux femmes et des violences faites aux minorités ethniques et sexuelles. Il y a une vraie incidence de la situation sur ces populations-là et c'est pourquoi, au travers des différents programmes et projets qui sont mis en œuvre par Avocat Sans Frontières France, nous avons dû nous adapter et prendre en considération cette réalité. Je pense notamment au renforcement et à l'adaptation des modalités d'action dans le cadre du projet MAJC dans la province de Battambang au Cambodge. Je pense également à une implication et à une adaptation forte sur le projet ProFOTO au Mali, relatif au traitement des problématiques des personnes privées de liberté et au système pénitentiaire malien dans son ensemble.

Je veux aussi parler bien sûr de l'effort énorme et de l’action qui continue d'être menée sur l'île de Samos en Grèce où nous avons à faire face à un flux de réfugiés et de migrants absolument sans précédent. Tout le monde sait à présent quel impact la crise sanitaire a eu sur ces lieux de privation de libertés et ces lieux de rétention. En effet, nous nous sommes déjà aperçus au sein d’Avocat Sans Frontières France que nous marchons très près des problématiques sanitaires avec le traitement des problématiques des droits de l'homme et des problématiques juridiques et judiciaires. J'entends par là que dès lors que nous avons pris en considération, que d'autres ONG ont pris en considération, la question sanitaire et l'urgence sanitaire des personnes auprès desquelles nous intervenons, immédiatement après se pose la question juridique et judiciaire, et la question du droit, et la question des droits de l'homme, et la question des libertés fondamentales. Par conséquent la crise que nous avons traversée et ses conséquences nous ont conduit à revisiter, remodeler, retravailler nos modalités d'action, revoir les modalités de nos engagements pour coller au plus près de cette nouvelle réalité. 

C'est un effort colossal demandé à l'ensemble des bénévoles et des forces vives d'Avocat Sans Frontières France, mais c'est un effort qui fait sens, qui est la poursuite de notre engagement, l'adaptation de notre engagement, le renforcement de notre engagement auprès de celles et ceux qui en ont le plus besoin dans leur accès au droit, dans leur accès à un procès équitable, dans leur accès à la santé, dans leur accès à la justice. C'est faire œuvre d'action et c’est faire œuvre d'engagement que de poursuivre nos actions auprès de ces populations, auprès de ces personnes, auprès des bénéficiaires de nos projets et de nos programmes. Plus que jamais la gageure d’Avocat Sans Frontières France qui est « là où la défense n'a plus la parole » trouve un nouveau terrain d’expression non seulement territorial mais aussi dans sa modalité d'expression.

Il convient également de se projeter dans le monde d'après et c'est tout le travail que nous sommes en train de mener pour nous approprier, capitaliser, consolider l'expérience tirée d'une année maintenant d'adaptation de nos méthodologies et de nos modes d'action. 

C'est en ce sens que s'ouvre 2021 pour Avocat Sans Frontières France avec, chevillée au corps, la volonté encore et toujours de promouvoir les droits de l'homme, les droits humains, les libertés fondamentales, mais également de le faire en prenant en considération les conséquences que ce contexte sanitaire et cette crise mondiale nous imposent, en ayant en tête et au cœur une vigilance particulière sur tous les dispositifs démocratiques de défense des droits de l'homme qui doivent être préservés sur l'ensemble des terrains d'expression. »

 

 

C’est ensemble que nous construirons le monde de justice et de liberté auquel nous aspirons. C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons continuer à favoriser l’accès au droit pour les personnes vulnérables et renforcer la capacité d’agir et l’autonomie des acteurs locaux de la défense et de la promotion des droits de l’homme. 

Ensemble, construisons un monde de justice !

 

DEVENIR MEMBRE

Haut