Actualités

NIGÉRIA - COMMUNIQUÉ DE PRESSE PROJET SAFE : FORMATION AUX DROITS DE L'HOMME

Illustration : NIGÉRIA - COMMUNIQUÉ DE PRESSE PROJET SAFE : FORMATION AUX DROITS DE L'HOMME

Dans le cadre de ses activités visant à promouvoir la jouissance des droits de l'Homme au Nigeria, Avocats Sans Frontières France (ASF France), en collaboration avec ses partenaires locaux, la Carmelite Prisoners Interest Organisation (CAPIO) et le Nigerian Bar Association, a organisé sa deuxième mission SAFE dans l'Etat de Kaduna. Les activités de cette mission comprenaient une visite de plaidoyer auprès des principales parties prenantes de l'État, une formation aux droits de l'homme pour les médias et les OSC, une formation aux droits de l'homme pour les agences de sécurité et une table ronde des parties prenantes sur les droits de l'homme. Cette mission bien remplie a été orchestrée dans le cadre du projet "Strengthening the National Actors Capacities and Advocation for Ending Severe Human Rights Violations in Nigeria" (SAFE), financé par l'Union européenne et l'Agence française de développement (AFD), qui vise à lutter contre les violations des droits de l'homme que sont la torture, les exécutions extrajudiciaires et la détention arbitraire.
La formation pour les médias et les organisations de la société civile a eu lieu les 22 et 23 mars 2021. Cette formation de deux jours visait à améliorer la documentation et le signalement des violations des droits de l'homme dans l'État de Kaduna par les médias et les organisations de la société civile. Cette formation de deux jours visait à améliorer la documentation et le signalement des violations des droits de l'homme dans l'État de Kaduna par les médias et les organisations de la société civile.
Les visites de plaidoyer auprès des principales parties prenantes de l'État, qui ont eu lieu les 24 et 25 mars 2021, ont permis à Avocats Sans Frontières France de rendre visite au coordinateur de l'État de Kaduna, à la Commission nationale des droits de l'homme, au commissaire de police de l'État de Kaduna, au procureur général et au commissaire de justice, au contrôleur général des services correctionnels et au juge en chef de la Haute Cour de l'État de Kaduna. Lors de ces visites, la directrice nationale d'Avocats Sans Frontières France, Angela Uwandu Uzoma-Iwuchukwu, a réaffirmé la mission du projet SAFE, a fait le point sur l'état d'avancement de sa mise en œuvre et a insisté sur la nécessité d'un partenariat continu entre les parties prenantes pour atteindre pleinement les objectifs du projet.
La formation sur les droits de l'homme destinée aux agences de sécurité s'est déroulée du 12 au 14 avril 2021 ; cette formation de trois jours visait à accroître le niveau d'engagement des parties prenantes dans la lutte contre les violations des droits de l'homme dans l'État de Kaduna. Ont participé à cette formation des officiers de la police, de l'EFCC, du NCDC, du service correctionnel, du DSS, du service d'autodéfense de l'État de Kaduna, de l'armée nigériane et de la NDLEA.
La mission s'est achevée par l'organisation d'une table ronde réunissant les parties prenantes et les agences de sécurité de l'État le 16 avril 2021. La table ronde avait pour but de délibérer sur des questions clés relatives aux droits de l'homme, telles que les défis de la mise en œuvre de la loi anti-torture, les mécanismes disciplinaires au sein des agences de sécurité pour les violations des droits de l'homme dans l'État de Kaduna, la mise en œuvre de la loi sur l'administration de la justice pénale dans l'État de Kaduna et d'autres questions spécifiques soulevées par les participants lors des formations destinées aux agences de sécurité, aux médias et aux OSC. Un total de 25 participants provenant de diverses agences de sécurité et d'institutions clés du secteur de la justice pénale dans l'État de Kaduna ont participé aux délibérations de la table ronde.
Au cours des délibérations, Mme Uwandu Uzoma-Iwuchukwu a souligné dans l'une de ses interventions l'importance de la loi anti-torture en déclarant que " la loi criminalise la torture tout en protégeant les victimes et les témoins de la torture ". Elle a appelé à une mise en œuvre rapide de la loi pour promouvoir la responsabilité".
Le projet SAFE d'ASF France est cofinancé par l'Union européenne (UE) et l'Agence Française de Développement (AFD) et est mis en œuvre en partenariat avec l'Association du Barreau Nigérian et l'Organisation des Intérêts des Prisonniers Carmélites (CAPIO).
 
Signé : Angela Uwandu, Directrice Pays, Avocats Sans Frontières France, Nigeria. 
 
Pour toute demande de renseignements complémentaires, veuillez contacter la Responsable de la communication d'ASF France, Nigeria  +234 (0)7013286982 | communication.nigeria@avocatssansfrontieres-france.org
 
Ce projet est co-financé par l'Union européenne et l'Agence Française de Développement. Le contenu de cette publication relève de la seule responsabilité d'ASF France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position des bailleurs de fonds.

Retour en haut