Actualités

NIGÉRIA - MISSION À KADUNA : FORMATION ET TABLE RONDE DANS LE CADRE DU PROJET SAFE

Illustration : NIGÉRIA - MISSION À KADUNA : FORMATION ET TABLE RONDE DANS LE CADRE DU PROJET SAFE

Malgré un contexte politique et social particulièrement tendu, ASF France et ses partenaires poursuivent leurs actions au Nigéria pour une meilleure protection des droits de l’homme. Du 11 au 16 avril 2021, la cheffe de projet Angela Uwandu et son assistante Jovita Membis se sont rendues dans l’État de Kaduna pour assurer la mise en œuvre de deux activités dans le cadre du projet SAFE.

·

Une formation de 3 jours à destination de 25 personnes issues des agences de sécurité de l'État de Kaduna (officiers de police, des services correctionnels, de l'armée...) sur les meilleures pratiques en matière de droits de l’homme a été dispensée, en collaboration avec un formateur de CAPIO, notre partenaire sur ce projet. 

Cette formation s’inscrit dans une logique de continuité avec celle du mois dernier à destination des OSC et des médias, tous ces acteurs ayant un rôle à part entière et complémentaire dans la mise en application des droits de l’homme au Nigéria.

Cette formation vise à accroître leur niveau d'engagement dans la lutte contre les violations des droits de l'homme et à leur fournir des connaissances approfondies sur ces principes et sur les pratiques respectueuses des droits des individus, et notamment sur les thématiques suivantes : les législations nationales, régionales ou internationales en matière de DH, les méthodes d’investigation, la formulation d’une plainte, les nouvelles procédures relatives aux arrestations et détentions policières.

À l’issue de la formation, des kits de formation ont été distribués et les agents ont été encouragés à organiser des formations à destination de leurs collègues, afin de garantir la durabilité de notre action.

La mission s’est poursuivie avec l’organisation d’une table ronde avec les agences de sécurité de l'État de Kaduna, les OSC, les Ministères concernés et la Commission Nationale des Droits de l’Homme (NHRC).

Les 25 participants ont pu échanger autour des meilleures pratiques et expériences concernant la protection et le respect des droits de l’homme, notamment les défis portant sur la mise en œuvre de la loi anti-torture, les mécanismes disciplinaires au sein des agences de sécurité pour les violations des droits de l'homme, ainsi que la mise en œuvre de la loi sur l'administration de la justice pénale.

Les sessions de tables rondes ont vocation à être inclusives et transparentes, afin de favoriser une discussion constructive entre les participants aux points de vue différents. Les participants issus des agences gouvernementales ont pu évoquer les difficultés rencontrées liées à la mise en œuvre concrète des normes relatives aux droits humains, notamment l’Anti-Torture Act. Grâce aux échanges avec les OSC, des solutions ont pu émerger quant à la mise en place effective de ces textes et la prise en compte des droits de l’homme au quotidien.

Les recommandations serviront de support aux prochaines « situation room » et seront transmises dans le cadre des visites de plaidoyer qui seront menées devant les responsables des agences de sécurité de l’Etat.

Le projet SAFE est mis en œuvre en partenariat avec Carmelite Prisoners’ Interest Organization (CAPIO) et l’association du barreau nigérian (NBA), et grâce au soutien financier de l'Union européenne et de l'Agence Française de Développement.

Retour en haut