Actualités

[#ParoledePartenaire] Nigéria - Ambrose Ekeroku, directeur exécutif de CAPIO

Illustration : [#ParoledePartenaire] Nigéria - Ambrose Ekeroku, directeur exécutif de CAPIO

NOUS AVONS RENCONTRÉ AMBROSE EKEROKU, DIRECTEUR EXÉCUTIF DE CAPIO, UN DE NOS PARTENAIRES AU NIGÉRIA, POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE ORGANISATION ET SES  ACTIONS POUR LA PROTECTION DES INTÉRÊTS DES DÉTENUS. CHARGÉ DE PROJET RESPONSABLE DU PROJET SAFE, IL REVIENT ÉGALEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC ASF FRANCE ET LES PREMIERS RÉSULTATS ENCOURAGEANTS DU PROJET.

 

CAPIO, QU’EST-CE QUE C’EST ? 

AMBROSE EKEROKU : La Carmelite Prisoners' Interest Organization (CAPIO) est une organisation de développement du changement à but non lucratif créée en 1992 par l'ordre des Carmes déchaux, une congrégation de prêtres de l'Église catholique. En août 1992, alors que des Carmes sont en visite dans des centres de détention, ils réalisent la nécessité de répondre aux besoins fondamentaux des détenus tels que la représentation juridique et les soins médicaux. 

Notre unique objectif est de défendre et de promouvoir de véritables réformes de la justice et du secteur pénitentiaire et d'améliorer le bien-être général des détenus au Nigéria. CAPIO s'engage à protéger les intérêts des personnes vulnérables, notamment des détenus, en plaidant pour un système judiciaire réformé, des services juridiques gratuits, la réhabilitation et la réintégration dans la société, en appliquant les bonnes pratiques internationales. 

L'intervention de CAPIO auprès des détenus, qu'ils soient coupables ou innocents, puise son inspiration dans le fait que les humains sont créés "Imago dei" (à l'image de Dieu) et qu'ils doivent donc être traités avec dignité. 

 

PROTÉGER LES DROITS DES DÉTENUS DANS 5 DOMAINES CLÉS 

Au fil des ans, les interventions de CAPIO se sont principalement concentrées sur la satisfaction des besoins fondamentaux des détenus, la fourniture de services juridiques et médicaux gratuits, la réinsertion des détenus et le plaidoyer en coopération avec d'autres organisations de défense des droits de l'homme pour faire avancer la justice. 

  • L'aide juridique: CAPIO fournit des services gratuits aux détenus indigents qui ne peuvent pas se payer les services d'un avocat. Ce département, par le biais de programmes de sensibilisation, informe le grand public de ses droits tels qu'ils sont contenus dans les différentes lois en vigueur. 
  • Les soins médicaux : étant donné que la justice au Nigéria est réservée aux riches, les détenus indigents n'ont pas les moyens de satisfaire leurs besoins alimentaires, médicaux et autres besoins de base qui sont négligés par le gouvernement en raison de l'insuffisance du système de justice pénale. CAPIO, par l'intermédiaire de ses bénévoles médicaux et de ses agents correctionnels, diagnostique et traite les détenus par le biais de campagnes médicales périodiques tout en plaidant pour que le gouvernement et les parties prenantes concernées s'approprient le bien-être des détenus.
  • Le bien-être: Par le biais de ce département, le CAPIO répond aux besoins fondamentaux des détenus, tels que les articles de toilette, les vêtements (donnés par le grand public), l'eau portable (creusement de puits), etc. 
  • La réinsertion: Nous pensons que l'éducation est un véritable outil de réinsertion, CAPIO a toujours accordé des bourses aux détenus qui souhaitent passer leur examen de fin d'études. CAPIO a également facilité l'admission d'étudiants ayant réussi à l'Université Nationale du Nigéria (NOUN), afin qu'ils puissent suivre les cours de leur choix dans le but de les réinsérer et d'augmenter leurs possibilités d'emploi après leur libération, tout en réduisant la récidive. Récemment, CAPIO a mis en place une usine pour produire des serviettes hygiéniques réutilisables dans le centre de détention de Suleja. Cette usine permettra d'améliorer l'hygiène menstruelle des détenues, d'aiguiser leurs compétences et de fournir une source de revenus aux détenus qui vendent les serviettes au grand public.
  • Le plaidoyer: le plaidoyer est intégré dans tous nos programmes avec l'idée que la prestation de services ne suffit pas ; le gouvernement et les parties prenantes concernées doivent prendre conscience de leurs responsabilités et rendre des comptes à la société. 

 

LA COLLABORATION AVEC ASF FRANCE

Le projet SAFE a suscité chez nous un vif intérêt, nos équipes ayant été confrontées à des témoignages de détenus racontant leurs épreuves en matière de violations des droits de l'homme, et de suspects tués et torturés de manière extrajudiciaire par des agents de sécurité dans le but de leur extorquer des aveux.

Notre détermination à promouvoir les droits de l'homme et l'amnistie des condamnés à mort explique notre intérêt et notre partenariat avec ASF France dans le plaidoyer sur les questions liées aux droits de l'homme, dans le but de réduire les abus au Nigéria.

Nos valeurs rejoignent celles d’ASF France, notamment dans notre tolérance zéro à l’égard de la peine de mort et des abus des droits de l'homme. Ce partenariat a offert une opportunité de synergie et de couvrir plus de terrain, pour sensibiliser et tenir les agences de sécurité et le gouvernement responsables des violations des droits de l'homme. 

 

DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS

Il reste beaucoup à faire, même si des étapes importantes ont été franchies, notamment grâce à la formation des agences de sécurité. Cette activité a permis d'identifier le manque de connaissances du personnel de sécurité sur les lois existantes et de le sensibiliser à la lutte contre les violations des droits de l'homme.

Par exemple, la plupart des agents ignoraient l'existence de la loi anti-torture de 2015 et les implications de tels actes. Si le quartier général des forces de police avait accordé une audience au projet SAFE, la manifestation End SARS aurait peut-être été évitée. Le mois d’octobre 2020 marque un tournant dans le plaidoyer contre la brutalité policière au Nigéria, qui a permis de contrôler les abus de pouvoir des officiers de police. Il faut saluer la baisse des arrestations arbitraires et des extorsions de la part des officiers de police. 

Il convient de rappeler que le projet SAFE n'est qu'une étude pilote pour l’instant mise en œuvre dans trois États de la fédération : c'est une goutte d'eau dans l'océan, qui atteindra les objectifs fixés lorsque la sensibilisation et le plaidoyer seront étendus à d'autres États du Nigéria. 

 

Je suis optimiste quant au respect des droits de l'homme au Nigéria, je sais que la situation s’améliore. Les gens sont plus conscients de leurs droits et les réclament avec force. Avec d'autres OSC qui luttent contre les violations des droits de l'homme, il y a de la lumière au bout du tunnel. En tant que porteurs de devoirs, nous assumerons la responsabilité des droits des populations tels qu'ils sont inscrits dans la constitution.

 

Pour en savoir plus 

CAPIO Home - CAPIO (capiong.org)

CAPIO (@capionigeria) / Twitter

Retour en haut